Le défilé de la Fierté LGBT

Chaque année, à la mi-août, Montréal célèbre la fierté LGBT à travers d’une cinquantaine d’événements, de conférences, de spectacles et de partys. Comme à chaque année, le défilé de la fierté est l’un des événements les plus populaires pendant toute la semaine. L’an dernier, plus de 200 000 y ont participé. Cette année, les organisateurs du “Canada Pride” s’attendent à franchir le cap des 200 000 personnes.

Même si cet événement spécifique attire les grandes foules, nombreux sont les gens qui s’y opposent ou n’y voient pas sa raison d’être. Certains individus pensent  même que cette parade nuit à l’image de la communauté LGBT à cause de ce qu’elle projette pour monsieur-madame-tout-le-monde à travers les médias – et qu’elle ne fait qu’alimenter les stéréotypes dont la communauté essaie de se dissocier depuis des des décennies.

Pour beaucoup de gens, le défilé de la fierté gaie se résume à une centaine de gars en chest qui se déhanchent en speedo sur des chars allégoriques avec un fond de beat techno. Malgré cette image véhiculée, le défilé de la fierté gaie; c’est beaucoup plus que ça.

Cette célébration souligne notre présence qu’on a tendance à oublier dans notre société hétéronormative. Le défilé est un geste symbolique de RÉSISTANCE. Pour comprendre mon propos, un peu de culture générale et de connaissances en histoire du mouvement LGBT est nécessaire.

  1. Le défilé célèbre nos luttes et nos acquis. Que ce soit au niveau judiciaire et du volet législatif (l’adoption de certaines lois, ex : unions civiles, lois concernant l’adoption pour les couples de même sexe, etc).
  2. On souligne le travail extraordinaire des organismes communautaires qui veillent à la santé et au bien-être des différents membres de la communauté LGBT. Ces organismes font des miracles  avec très peu de moyens. Le défilé est une très belle vitrine pour qu’ils puissent se faire connaitre.
  3. Nous marchons dans la parade en guise de solidarité avec les personnes LGBT ou les conditions de vie ne sont pas aussi favorables qu’ici au Canada. La majorité n’ont pas la chance que nous avons.
  4. Réitération d’un coming out collectif.
  5. Tout comme le Carnaval de Rio et la parade de la Saint-Patrick, la parade de la fierté LGBT représente nos couleurs.

L’homophobie est beaucoup plus présente parmis nous que nous avons tendance à le croire. Comme il s’agit d’un phénomène qui semble perdre du pouvoir peu à peuà; les homophobes se font de plus en plus discrets, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas. Au contraire, ils agissent plus discrètement, mais leurs attaques font tout aussi mal. Malheureusement, l’homophobie n’est pas aussi facilement détectable que le racisme et le sexisme.

Advertisements